Initiative Bénin

Initiative Bénin, c’est un stage d’observation clinique en hôpital dans une commune du Bénin, un pays en voie de développement de l’Afrique de l’Ouest. Ce stage de 3 à 4 semaines est ponctué de sessions de sensibilisation à l’hygiène et à la santé au sein de villages et d’orphelinats environnants. De là l’initiative. Le tout, chapeauté par IFMSA, est possible grâce au soutien de l’organisme non-gouvernemental Syto-Bénin, qui se charge de trouver des familles où loger, offrant ainsi au groupe une réelle expérience d’immersion complète dans la culture Béninoise. Un représentant de l’ONG sur place aide à la bonne organisation de diverses activités sociales et culturelles, en plus de régler les légers accrochages nécessitant un Africain expérimenté!

Quand on part en stage dans un pays sous-développé ou en voie de développement, on s’attend la plupart du temps à changer les choses, avec nos grands idéaux d’équité, de justice, de nourriture, de médicaments et de vêtements pour tous et de paix dans un monde idéal de la vie en harmonie. Au Bénin, ça ne marche pas comme ça. On arrive avec du matériel, on repart avec de l’intangible. Décuplé par 100. Les Béninois ont la générosité au cœur. Ils partagent tout ce qu’ils ont, simplement pour faire plaisir, pour continuer d’alimenter le bonheur contagieux qui les lie les uns aux autres. Pour eux, chaque rencontre, chaque rire devient une joie qu’il faut saisir et savourer, puis redonner au prochain. Ils possèdent cet état de béatitude que traduit un mode de vie simple et complaisant, dans lequel on ne se casse pas la tête avec des futilités. Ils font preuve d’un accueil incroyable, amenant tous les visiteurs à se sentir un des leurs, à se sentir comme à la maison.

J’ai eu la chance de goûter au Bénin à l’été 2009, dans la commune de Lokossa. J’ai effectué mon stage dans une clinique de chirurgie générale. Ici, on parle du très général ; de l’orthopédie à l’ORL, en passant par la gynéco-obstétrique, le chirurgien ajustait aussi la médication anti-hypertensive et hospitalisait les enfants atteints de malaria! Après le travail, notre groupe allait parfois jouer au soccer avec les enfants de l’orphelinat, parfois discuter de SIDA avec les habitants d’un village environnant. Nous rentrions ensuite souper chacun dans nos familles d’accueil respectives, en apprenant chaque fois un peu plus de fon, la langue d’origine du pays.

Je souhaite à tout le monde de vivre une expérience aussi enrichissante que celle-ci le fut pour moi. Si ce type d’expérience vous convient, sautez dedans immédiatement, vous en serez plus que ravis! Un conseil  avant de partir : amenez-vous des jeans. Ça vous évitera de faire de la peine à votre sœur en lui disant que vous vous êtes plus ennuyé de vos jeans que d’elle…

Pour toute question, pratique ou non, n’hésitez pas à m’écrire!

Marie-Pier.Cote2@USherbrooke.ca

This entry was posted in Stage blog. Bookmark the permalink.